Partagez | 
 

 Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ? (Almire ♥)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

A contradiction

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 20/03/2017
Age : 25


MessageSujet: Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ? (Almire ♥)   Mar 6 Juin - 19:53

Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ?
Almire ♥


Un soupire s'échappe de mes lèvres quand mon client vient de refermer la porte. Mes jambes sont en coton à force de courir partout pour leurs besoins. Parfois, je me demande pourquoi je continue à venir ici et à faire tenir cette fichue boutique, puis le souvenir d'un sourire d'ange et des heures d'études ainsi que de pratique me reviennent en mémoire. Ce lieu m'appartient peut-être, mais c'est pour deux que je travaille. J'honore ma promesse faite il y a un an. Avant ce fichu drame.

A nouveau, je reprends mon masque habituel, mon sourire commercial et mon visage qui donne l'impression que je serais capable de subir leurs réclamations si la commande ne leur plaît pas. A vrai dire, les petits nouveaux se permettent un peu trop. Ils pensent qu'on est des chiens bon pour leur rendre service. Et c'est avec grand plaisir que je les rembarre le plus poliment possible.

J'aime mes clients réguliers et ceux qui le deviennent. Ceux qui apprécient le fait maison et qui peuvent s'installer à table pour me parler pendant des heures des pains qu'on confectionnait à l'époque. Les personnes âgées sont particulièrement des clients attachants et qui savent ce qui est bon. Les plus jeunes sont plus intéressés par les pâtisseries. Après tout... Je les comprends, le sucre, c'est le bien.

Encore une fois, je repasse un coup de lavette sur mon plan de travail pour qu'il soit propre avant d'aller la rincer correctement. J'espère qu'aujourd'hui, l'un de mes clients habituels arrivera. C'est un garçon qui vient régulièrement, on a échangé deux, trois mots, mais ce mec ne m'a pas parut soûlant comme n'importe quel autre humain peut l'être.

J'ignore pourquoi j'attends impatiemment sa venue. Peut-être pour avoir un sourire sincère sur ma journée, arrêter un peu de porter mon masque et enfin pouvoir souffler un peu. Il viendra, j'en suis sûr.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 21/05/2017


MessageSujet: Re: Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ? (Almire ♥)   Mar 6 Juin - 23:29

Sans rentrer dans les stéréotypes, il reste véridique que les français aiment manger. Ma grand-mère aimait cuisiner surtout les pâtisseries, je crois même qu'elle était pâtissière en France mais ça fait tellement longtemps que je me suis même demandé si elle se rappelait encore de sa vie, avant l'Amérique. En tout cas, ses gâteaux étaient bons...Je ne me décris pas spécialement comme amateur de sucré, et je dois faire attention à mon poids en tant que boxeur, même amateur...Mais je garde toujours un bon souvenir de ses gâteaux, une nostalgie sucrée et pleinne de douceur.

Et le pain ...que dire sur ce patrimoine gastronomique...avec ma grand-mère et mon grand-père français, nous n'avons pas coupé à la tradition du pain pour accompagner nos repas. Maintenant, une fois devenu adulte je ne peux pas m'en passer. Je suis condamné à accompagner mes repas de pain.

Bref, j'étais obligé de me trouver une boulangerie-pâtisserie, j'ai mis du temps avant de trouver la bonne...J'ai changé et encore et encore, puis il y a cinq mois environ, j'allais au travail à vélo,  mon regard fut attiré par une nouvelle enseigne. Une nouvelle boulangerie-pâtisserie. Celle où j'avais l'habitude d'y aller, n'était pas fameuse alors pourquoi pas en essayer une nouvelle. J'ai ouvert la porte, l'odeur du pain et des gâteaux agita mes narines. C'était plaisant à sentir. Je crois que je pourrais passer des heures dans ce genre d'endroit pour faire plaisir à mon nez.

Je ne sais pas s'il s'en souvient, mais la première fois que je l'ai vu ...J'ai retenu un éclat de rire. Non pas que je me sois moqué de lui, cependant je trouvais cela amusant de tomber dans une boulangerie avec un gaillard de cette taille. Il ne faut pas chercher à me comprendre ...Je n'avais pas la tête à être médecin légiste, il n'avait pas la tête à travailler dans une boulangerie c'était marrant. Pour tester j'ai choisi de prendre une baguette et puis un gâteau que ma grand-mère m'avait fait plusieurs fois, la tarte citron meringué. Généralement je ne prends jamais de gâteau pour moi tout seul et surtout pas durant la semaine mais c'était nécessaire, pour savoir si c'était la bonne.

Ce fut la bonne, le pain un délice et pour le gâteau ...Mes plantes aromatiques et le chat de la voisine passant par là ont été témoins de mes larmes. Jamais, oh grand jamais je lui dirais que sa première pâtisserie m'a fait pleurer. On ne peut jamais savoir quand les souvenirs vont vous revenir, quand ils vont lacérer la protection que vous avez mit en place. C'était comme le gâteau de ma grand-mère mais en mieux ..Enfin je crois mais les souvenirs de sa pâtisserie sont plus récents. Bref, l'étape à sa boutique est devenue une habitude, un arrêt obligatoire chaque jour pour le pain sauf quand le boulot me prend trop de temps et il peut être certain de savoir quand je rends visite à ma famille. Je passe toujours commander un gâteau pour les enfants de mes sœurs.

Quand j'ai le temps je reste un peu pour profiter de la bonne odeur et pour parler de petites choses. Ses choses qui vous changent l'esprit, elles n'ont pas grandes importances mais vous mais vous changent du quotidien, du travail. J'espère que je ne le dérange pas. Je crois que la dernière fois j'ai parlé de mon inquiétude au sujet d'un de mes cactus qui devenait un peu jaune, j'avais envie de parler de ça mais il travaillait alors ce n'était peut-être pas le bon moment ou tout simplement intéressant.

Le seul problème de la boutique ce sont ses heures d'ouverture, la qualité excuse le tout mais comment  fait-on en tant que travailleur !? Bref, j'ai pris l'habitude d'y aller pendant ma pause de midi...avant sa fermeture à 14 heure. Bref, aujourd'hui j'étais un peu en retard... La matin, j'ai dû me rendre sur une scène de crime et ensuite la mâtinée passa si rapidement que quand je voulus prendre ma pause repas, ou bien que mon ventre réclama de s'alimenter, il était déjà 13h... heureusement,  je pédale vite mais j'arrivai essoufflé et affamé à la boutique. En poussant la porte j'espérai de toutes mes forces qu'il ait encore de quoi me nourrir.

-Bonjour. Vous fermez pas !  Demandais-je en entrant avec espoir, accompagné de mon sourire habituel heureux de pénétrer dans cette espace.

- Vous allez bien ?

La phrase rituelle en s'approchant du comptoirs tout en regardant ce qu'il restait.
J'aimais bien savoir comment allait mon boulanger-pâtissier préféré vous imaginez s'il est malade et qu'il doit fermer boutique ? Je fais comment pour survivre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

A contradiction

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 20/03/2017
Age : 25


MessageSujet: Re: Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ? (Almire ♥)   Mer 7 Juin - 21:40

Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ?
Almire ♥


Je dois avouer qu'à aucun moment sa présence ne m'a dérangé. Depuis le décès de Thomas, ça ne m'arrive que rarement de me sentir bien en la présence d'une autre personne. Généralement, la solitude est mon amie la plus fidèle. Pourtant ce garçon et ses petites anecdotes font de mon quotidien quelque chose d’intéressant, peut-être parce que j'ai l'impression d'être considéré comme quelqu'un. Tout simplement comme un humain et non comme le titan effrayant que les enfants du quartier fuient.

Un balais à la main, je passe un coup pour nettoyer le sol des miettes et d'autres résidus de nourritures. Les gens sont incapables de manger correctement... Ah... C'est presque horrible pour eux que je sois aussi maniaque. Enfin maniaque... Ne parlons pas du bordel artistique qui décore mon appartement tout entier qui fait que ma forme physique est entretenue rien que pour passer par dessus les caisses et les piles de linges propre ou sales selon le coin de pièce. Ouais... Je ne suis maniaque qu'avec ma boutique...

Mon regard se perd sur l'horloge murale au dessus d'une table. Il va bientôt être quatorze heures et je n'ai toujours pas vu mon client quotidien. Je me demande s'il lui est arrivé quelque chose... Un peu nerveux, je viens serrer l'élastique porte-bonheur que j'ai dans la poche en espérant qu'il est bien sain et sauf avant de saisir le pied d'une chaise pour la retourner sur la table. Mais la porte s'ouvre enfin sur un visage que je ne connais que trop bien. Le mien s'illumine et je ne peux empêcher un léger sourire étirer mes lèvres quand je l'entends me saluer et me demander de ne pas fermer. Si ça avait été quelqu'un d'autre, je l'aurais envoyé chier de la manière la plus polie qu'il soit. Mais lui, je lui accorde cette faveur parce que c'est le genre de client qui me fait réaliser que ma boutique est un rêve réalisé et non, un simple lieu fait pour gagner de l'argent.

• Bonjour. Tu arrives à temps.

Je ne prends même plus la peine de le vouvoyer. Me dirigeant derrière mon comptoir après avoir replacé ma chaise pour aller ranger mon balais. Je file rapidement me laver les mains pour ensuite enfiler des gants et sortir mes derniers pains du four. Profitant du fait que mon client fasse son choix, je mets en place les quatre baguettes et les six pains encore tout chaud. Nous sommes en fin de journée, je n'allais pas refaire une toute nouvelle fournée non plus. Je suis mal si jamais , je devrais jeter ce qu'il reste.

• Au fait, j'ai oublié de répondre à ta question... Oui, je vais bien. Je suis plutôt content que tu aies enfin montré le bout de ton nez. Je pensais qu'un truc de grave t'étais arrivé...

Mes épaules roulent, ce geste atypique qui prouve que je ne suis pas vraiment à l'aise avec le fait que je puisse m'inquiéter pour quelqu'un de l'espèce humaine. Je déteste ce que je ne contrôle pas. Et mon appréciation de ce jeune homme n'est pas du tout dans mes cordes de contrôle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 21/05/2017


MessageSujet: Re: Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ? (Almire ♥)   Jeu 8 Juin - 15:23

Par respect pour lui et son activité professionnelle, j'ai bien du mal à le tutoyer. Peut-être j'y arriverais dans un autre cadre mais dans ce temple de la gastronomie ... J'ai pris l'habitude coriace de le vouvoyer. Et puis je me dis ... S'il souhaite que je passe au tutoiement il me le dirait.

Je senti mon ventre me supplier de le nourrir, certainement une torture pour lui quand le chef des lieux ramena une nouvelle fournée. Je tapotai mon ventre comme pour l'encourager à tenir, tout en regardant s'il restait quelque chose de consistant à manger. D'une certaine façon je fus heureux d'entendre qu'il s'inquiétait à mon sujet. C'est le genre de phrase qui fait toujours plaisir. Mon estomac par contre ne fut pas d'accord et gronda durant sa phrase. Je toussotai pour cacher ma gène.

- Je suis désolé de vous avoir inquiété. C'est vrai que je passe plus tôt d'habitude... Mais aujourd'hui, un gros dossier m'est tombé dessus en plus des autres dont je m'occupe... Et je dois finir celui-ci rapidement. Expliquais-je avec un faible sourire.

- Je peux vous dire que ma journée n'est pas prête de se terminer. Ajoutais-je avec ironie

Je ne crois pas lui avoir déjà parlé de mon travail...Il est vrai que je profite du moment passé dans cette boutique pour oublier l'odeur et les images forts sympathiques de l'hôpital. J'aime mon travail mais ça fait un bien fou de faire une pause. Et puis je me vois pas parler avec un boulanger-pâtissier du mort que j'ai autopsié le matin même.

- En plus de ma baguette habituelle, vous reste-t-il quelque chose de salé ?

Il faut bien que je porte secours à mon estomac...D'ailleurs ça me fait penser, aucun rapport mais ce n'est pas grave... Je sortis mon téléphone de ma poche. Un ami de la fac conférencier en médecine, allant souvent au Japon,  a décidé de me ramener un Gashapon, une petite capsule qu'on achète au hasard avec un jouet à l'intérieur...Il en a trouvé en forme de pain, super réaliste.Il y a une baguette, une tranche de pain, une brioche...Et il a pensé à moi avec mes origines françaises ...Super original ! Du coup j'ai pensé à mon boulanger-pâtissier préféré et je lui ai demandé de m'en ramener deux.

- J'ai pensé à vous ...Regardez. Je me suis dis que se serais amusant que vous en ayez un.

Je lui montrai la photo des porte-clés

-Enfin ...Si cela vous dérange pas...


Je me suis précipité, aveuglé par mon enthousiasme en voyant la photo mais peut être qu'il trouve ça horrible et inconvenant de recevoir un cadeau de ma part...Bah comme souvent j'ai pas réfléchis. Comme on dit c'est l'intention qui compte et puis si jamais j'aurais deux porte-clés au lieu d'un seul s'il n 'en veut pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

A contradiction

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 20/03/2017
Age : 25


MessageSujet: Re: Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ? (Almire ♥)   Jeu 8 Juin - 19:38

Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ?
Almire ♥


Le bruit d'estomac se fit entendre malgré le toussotement pour tenter de le cacher. Pour ne pas le mettre mal à l'aise, je ne releva même pas, hochant simplement la tête pour lui montrer que je l'écoutais attentivement. Un gros dossier ? Je me demande quel est son travail ? Avocat ? C'est vrai qu'il a l'allure classe de ce genre d'homme, mais on dit toujours que l'habit ne fait pas le moine. C'est vrai. Un type comme moi n'est pas forcément vu comme boulanger-pâtissier, mais plutôt comme basketteur professionnel dû à mes deux mètres huit.

• Tutoies-moi. A moins que ça ne te mets mal à l'aise... D'ailleurs si je ne me suis pas encore présenté, mon prénom c'est Noah.

A vrai dire, je n'ai aucune souvenance qu'on se soit échangé nos prénoms ou autre. Pourtant ça fait un moment que mon client vient régulièrement ici. Et je dois avouer que moi-même, j'ignore son prénom. Il faut dire aussi que c'est peu habituel d'attendre impatiemment la venue d'un homme alors que je déteste les êtres humains en temps normal.

• Une longue journée productive, ça met le punch, on sait pourquoi on s'est levé le matin. C'est mieux ça que de rester à rien faire et à tourner en rond... Bien qu'il y a certain métier qui nous mettent à genoux si on ne fait pas attention. En parlant de ça, quel est le métier que tu exerces ?

Enfilant mes gants pour enrouler sa baguette dans le papier prévu pour. Je la laisse précieusement sur mon plan de travail avant de m'abaisser pour soulever la vitre qui abrite mes pâtisseries salées, enfin, il n'y en a plus énormément, mais je pense pouvoir le dépanner. Du doigt, je lui montre en lui expliquant chacune de mes créations.

• Alors ici, il me reste deux mini-éclairs au saumon, à côté un mini-croissant au jambon, deux gaufres au fromage et trois macarons au foie-gras.

Ça paraît étrange des pâtisseries salées, les gens sont plutôt réticents à en acheter, en disant que ça a l'air pas très comestible, il aura fallu faire ma journée "découverte" pour leur prouver le contraire, depuis lors, ça a autant de succès que les pâtisseries sucrées.

Attendant son choix, je me redresse en grognant contre mon mal de dos tel un vieux papy. Mais je suis agréablement surpris quand le jeune homme me tend son téléphone pour me montrer quelque chose et ce que je vois illumine mon regard comme celui d'un enfant devant un jouet qu'il désire plus que tout.

• Mais ces porte-clefs sont géniaux ! C'est super réaliste en plus ! Woaaah ! Ça vient d'où ?! C'est trop cool !

Ouh la... Il faut que je me calme... Je viens de me choquer tout seul... Depuis combien de temps n'avais-je pas sourit ainsi ? Depuis combien de temps n'avais-je pas eu cette excitation d'enfant. Ce type fait revenir le moi d'avant, c'est effrayant. Et pourtant, je brûle d'envie de continuer dans cette voie...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 21/05/2017


MessageSujet: Re: Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ? (Almire ♥)   Ven 9 Juin - 12:48

S'il m'autorise le tutoiement alors partons sur le tutoiement. Bien que le vouvoiement montre mon respect pour sa personne, il est étrange de continuer à le vouvoyer alors qu'il me tutoie et qu'il me semble plus jeune que moi. C'est vrai nous ne nous sommes jamais présenté. Un sourire passa sur mon visage. Pourtant, j'ai dû lui présenter une bonne quarantaine de fois ma nièce et mes neveux, mes sœurs et leurs maris à chaque fois que je commandais un gâteau pour leur faire plaisir. Cependant, jamais j'ai prononcé mon nom comme si on se connaissait déjà depuis longtemps.

- Almire, enchanté ! Ajoutais-je avec un sourire, comme si c'était la première fois qu'on se rencontrait.

Quelles belles phrases philosophiques ! Elles sontpresque à écrire, afin de les afficher dans mon bureau, pour les lire et relire. Une belle aide à la motivation que voilà. Afin, être réveillé par son travail à 4 heure du matin pour une scène de crime. Ce n'est pas ce qu'on trouve de  très motivant.  Y repenser me fait perdre un instant l'appétit mais celui-ci revient au galop quand Noah me présente ses créations. J'ai l'impression de saliver, j'espère que ce n'est pas le cas.

-Le croissant au jambons et un macaron au foie gras pour le plaisir des papilles, s'il te plais. Je peux manger ici ?  demandais-je  comme il venait de nettoyer je ne voulais pas l’embêter.
-Je pourrais repasser le balais pour pas t'emmerder..

Moi aussi j'aime la propreté et je déteste repasser derrière les autres. C'est pour ça que je déteste faire des soirée chez moi..et puis aussi vivant dans un studio j'ai pas la place. Si un médecin vivant dans un studio c'est possible ! Alors il est normal de me  proposer pour nettoyer ce que je salis. Toutefois, je pense que s'il me met le croissant dans une poche, je mangerais avec attention dans celle-ci,  une concentration extrême pour ne pas mettre des miettes par tout. Je n'ai pas oublié sa question sur mon métier, mais j'ai été happé par mon enthousiasme à lui montrer ce que je voulais lui ramener et encore plus par sa joie pouvant se lire sur son visage.

-Du Japon, un ami a pensé à moi, parce que j'ai des origines française et moi j'ai pensé à toi ..parce que t'es boulanger. Je ramène le tiens dès qu'il me les amène.
Précisais-je avec le sourire d'une personne contente de partager un présent. Je rangeai mon téléphone et j'ajoutai

-C'est vrai, je t'ai pas dit mon travail ..c'est le genre de métier qui nous met genoux à terre si on ne fait pas attention..Je travail en tant que médecin légiste. C'est pour ça que j'aime beaucoup venir dans ta boutique, c'est un instant de bonheur à chaque fois pour mes narines et mes yeux. J'aime beaucoup trop mon métier mais je sais qu'il m'est nécessaire d'avoir des instants comme ça.

Expliquais-je, en allant chercher mon porte monnaie pour le payer avant de pouvoir m'installer à une table s'il acceptait de me voir rester ici pour m'alimenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

A contradiction

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 20/03/2017
Age : 25


MessageSujet: Re: Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ? (Almire ♥)   Dim 11 Juin - 19:05

Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ?
Almire ♥


Almire. Un nom que je n'avais jamais entendu jusqu'à aujourd'hui. Je me demande même de quelle origine il peut être... C'est drôle, j'ai l'impression de connaître ce type depuis toujours, comme si nous étions des amis d'enfance qui avons eu une brève séparation avant de se retrouver pour mieux se lier. Son air gourmand quand je lui présente mes pâtisseries me fait plaisir. C'est le plus beau salaire d'un pâtissier, le contentement d'un client.

Lentement, j'hoche la tête à sa question pour lui confirmer que c'est bien évidemment d'accord qu'il reste manger ici et je souris un peu plus en entendant la partie avec le coup de balais.

• Ne t'en fais pas. Je n'avais pas fini de nettoyer de toute façon.


Mettant de nouveaux gants, je mets ses pâtisseries à chauffer dans une assiette et je lui apporte une boisson que je précise offerte maison. Une limonade japonaise que je viens de recevoir, après s'il n'aime pas ça, je ne serais pas vexé pour autant. Mais d'après ce que j'ai entendu, il ne semble pas contre ce qui vient du Japon. D'ailleurs, je le trouve chanceux d'avoir un ami qui y soit allé. Après tout, j'y ai passé quelques années...

• Des origines françaises hein ? C'est plutôt classe. J'ai des origines assez mélangées. Mon père est japonais et ma mère américaine. Je crois d'ailleurs avoir hérité de son côté. Mon père mesurait dans les un mètre soixante-dix et ma mère avoisinait les quatre-vingt dix. Enfin, ils ont toujours leur taille bien qu'un peu tassés avec le temps. Du coup quand tu me parles du Japon, ça me donne plein de souvenirs, j'y ai vécu quelques années avec mes parents pour rester près de ma grand-mère qui venait de perdre son mari. Un superbe pays.

La sonnerie de mon four me ramène à la réalité alors que je n'avais même pas conscience d'être parti dans mes pensées et je me précipite vers lui pour ramener le repas de mon client. Doucement, je dépose le met devant Almire, prenant soin d'aller poser la pancarte "fermé" pour qu'on ne soit pas dérangé. Après tout, moi aussi j'ai le droit de passer un peu de temps libre avec quelqu'un si l'envie m'en prend. J'ai fais ma journée. De plus, il a déjà payé, alors un repas dans la tranquillité est bien mérité. Mais la suite de la conversation me fait l'effet d'un coup en pleine poitrine.

• Médecin légiste...

Mon air c'est sans doute assombri quand je l'ai répété. Peut-être parce que j'ai encore la face des ces imbéciles de médecins et d'infirmières qui me disaient que plus rien n'était possible. Peut-être que c'est parce que j'ai encore l'image de Thomas occupé à remettre ses tripes et boyaux à cause des traitements inefficaces qui lui bouffait le corps plutôt que la leucémie...

D'un mouvement de tête, je me secoue avant de reprendre mon air habituel. Croisant les bras sur mon torse, je repense aux phrases agréables et aux merveilleux compliments qu'il m'a fait. Je l'aime bien ce petit. Enfin petit... Si ça se trouve, il est plus vieux que moi, mais vu ma taille, la plupart des gens me paraissent petits. Mais malgré tout ma curiosité prend le dessus...

• Ça fait longtemps que tu exerces ce métier ? Tu dois quand même avoir les tripes bien accrochés pour ça. T'es sacrément courageux.

Avoir l'air normal, c'est ça... Ne rien montrer...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 21/05/2017


MessageSujet: Re: Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ? (Almire ♥)   Mar 13 Juin - 18:16

Il accepte alors je m'installai à la table pour attendre mon repas. Jamais j'aurais cru qu'il eût des origines japonaises, non vraiment pas ..J'ai beau l'analyser dans tous les sens...Si, peut être le visage..mais encore. Décidément, ce géant est plein de surprise. J'aimais bien le japon, en fait j'aime voyager tout court. Découvrir de nouvelles cultures, avec mon métier je peux me le permettre. D'ailleurs, je suis dans un studio exprès pour partir à toutes mes vacances. Même quand j'étais étudiant j'économisai pour m'organiser des petits voyages.

-Cela doit être un couple grandement atypique, le genre de couple sur lequel on a tendance à se retourner dans la rue. Remarquais-je avec sincérité. Généralement, les différences de taille, dans un couple surtout quand c'est la femme la plus grande rendent toujours les gens étonnés.

-Oui, j'aime bien le japon, j'y suis parti en vacance et j'y retournerais avec plaisir! Ils ont une culture riche. même si la majorité n'aime pas trop les américains...bon il faut dire que l’inverse est vrai aussi. Tu y a vécu pendant combien de temps ? Ajoutais-je, ce qui fait que le couple formait par ses parents étaient d'autant plus atypique. Par curiosité j'aurais aimé les rencontrer...

Je fut grandement des plus heureux de le voir déposer devant moi l'assiette avec ma commande. Quel bonheur de sentir la bonne odeur s'échappant des mets. Concentré sur ses appétissantes pâtisseries salées, sa mine sombre quand il répéta mon métier m'échappa. Et c'est avec gourmandise que j'avalais ma première bouchée du macaron au foie gras.

-C'est tellement bon! Un vrai régale ! Assurais-je avec enthousiasme

Quand il me complimenta sur le fait que je sois courageux de faire se métier, je ne put m’empêcher de lâcher un  sourire triste. S'il savait...enfin je ne vais pas lui mentir.

-Au contraire, je suis assez lâche, j'ai choisis ce métier car je ne me sentais pas capable d'être médecin tout court. J'avais trop peur de m'occuper des malades et si par ma faute ...ou tous simplement je n'arrivais pas à sauver quelqu'un....Je ne me sentais pas capable de le supporter. J'ai juste les tripes pour faire se métier...Ah..ça fait un an environ que j'ai pu commencer à l'exercer.

J'étais un peu mal à l'aise d'avouer cela à un semi-inconnu mais je ne me sentais pas capable de lui mentir. Enfin je ne lui dit pas tout non plus, je n'ai pas envie qu'il me juge de personne folle. je pense que je fait aussi ce métier car je suis attiré par la mort. J'ai certainement une curiosité malsaine pour celle-ci comme si je voulais comprendre pourquoi moi j'ai survécu et pas ma mère et ni ma grand-mère.  

-D'ailleurs, et toi depuis combien de temps t'es boulanger-pâtissier ? t'as étudié en France ?

Si on était dans l'instant métier, je ne voyais pas pourquoi je ne lui poserais pas des questions. J'étais curieux de savoir comment il avait appris ce métier qu'il savait si bien faire. Je le trouvais davantage courageux de travailler autant pour satisfaire des clients, dont un grand nombre n'est jamais satisfait et vous prennent de haut car vous faite un métier qui doit les servir au mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

A contradiction

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 20/03/2017
Age : 25


MessageSujet: Re: Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ? (Almire ♥)   Ven 16 Juin - 23:38

Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ?
Almire ♥


Quand mon invité fit la réflexion sur mes parents, je ne pu m'empêcher de penser qu'il avait raison. Ma mère était quelqu'un avec le sang chaud, une grande asperge qui menait mon père par le bout du nez. Mais celui-ci le savait parfaitement et ne s'en plaignait guère. Toutes ces années de couple et de mariage, c'était digne d'un conte de fée. C'est grâce à eux que je n'ai pas fait comme les autres étudiants. Coucher juste coucher et faire des expériences. Je me souviendrais toujours de ma génitrice qui me disait. "Tu dois l'aimer avec le coeur avant de l'aimer avec ton corps, Noah.". Un conseil que j'ai toujours respecté.

• Oui, c'est un couple assez particuliers. Ça fait vingt et un an qu'ils sont mariés. Au départ, c'était un amour à distance, un amour de vacance et puis de fil en aiguille, mon père est parti rejoindre ma mère et depuis, c'est impossible de les séparer. J'ai vécu au Japon pendant cinq ans.

Les compliments sur ma cuisine me fit grandement sourire. J'étais fier d'avoir fait tant d'heure de travail et d'études pour arriver à un tel résultat. Je ne compte plus le nombre de fois où mes doigts sont passés sous le couteau trop tranchant ou encore les crises de nerfs à cause d'une d'une pâte qui refuse de monter. Voir Almire manger avec autant d'appétit, ça faisait le même effet qu'une journée avec une recette fructueuse. Mais l'ambiance changea avec le sujet du métier, aurait-il aperçu ma mine sombre ? J'espère que non.

• Je ne trouve pas ça lâche... Justement. Il y en a qui deviennent médecin pour qu'on pense que ce sont des gens bien alors que ce ne sont que des enflures. Je préfère savoir la cause de la mort et aider la justice plutôt qu'avoir le pouvoir de détruire une vie et celles des autres qui accompagnent.

Un an, hein ? Tout cela me perturbe. Ses mots tournent dans ma tête, directement, je fais mon égoïste, je pense à mon histoire et j'ai l'infime espoir que ce garçon pourrait m'aider. Serrant l'un de mes poings, je tente de me contrôler avant de venir jouer avec l’élastique autour de mon poignet.

• Ma boutique est ouverte seulement depuis cinq mois. Avant, je faisais ça dans des réceptions ou dans des maisons de repos et autres. J'ai fait mes études ici, mais tu as totalement raison en disant que je suis allé en France. En fait, je suis surtout allé là-bas pour me perfectionner dans le chocolat même si je n'ai pas pour but de devenir maître-chocolatier, mais c'est vraiment étonnant de voir que par exemple le chocolat noir ne va pas du tout avec un dessert à la fraise.

Je finis par me taire, parce que si je commençais à parler pâtisserie, demain, nous sommes encore là. Ça reste quelque chose que j'affectionne particulièrement. Mais mon cerveau me rappelle les informations que j'ai appris plus tôt. Prenant mon courage à deux mains, je me lance.

• Je sais que tu es tenu par le secret professionnel. Mais j'aimerais tout de même te poser une question. Voilà, vu que ça fait un an que tu bosses là-dedans, tu devrais te souvenir de tes premiers cas, ce sont souvent ceux qui marquent le plus. Te souviens-tu d'un d'entre eux qui se nommerait Thomas Yvanox ? C'est un jeune homme de vingt trois ans qui est décédé d'une leucémie. Enfin, c'est ce que l'on a laissé croire...

Je ne devrais pas être aussi cash ni demander ce genre de chose, mais si j'ai une piste, je ne vais pas prendre des gants pour qu'on éclaire ma lanterne. La mort de Thomas n'est pas dû qu'à sa leucémie. Je le sais. J'en suis certain.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 21/05/2017


MessageSujet: Re: Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ? (Almire ♥)   Lun 19 Juin - 23:31

J'eus un petit pincement au cœur en l'entendant parler de ses parents. Je me souviens encore de la relation de mes parents et ils devaient s'aimer éperdument car, mon père n'a jamais reconstruit quoi que se soit. A chaque fois que quelqu'un essaye d'aborder le sujet, il se donne une excuse pour se donner raison : qu'il est mieux à vivre seul. C'est son choix, j'évite d'aborder ce sujet là avec lui, encore trop douloureux et je ne sais pas si j'avais envie qu'il se mette avec quelqu'un d'autre. Je préférais me concentrer sur les différents goûts qui éveillaient mes papilles à tant de bonheur culinaire.

J'admettais que son point de vue était intéressant mais je ne peux me détourner de ce sentiment d'abandon que j'ai ressentis à la fin de mes nombreux stages. Je me suis accroché mais la vérité était là, aussi éclatante que le soleil. Je ne pouvais pas être médecin car j'avais peur. Peur de commettre une faute, peur d'avoir une vie entre les mains, peur d'affronter la famille des patients...Médecin légiste a été une révélation, je pouvais aider sans me mouiller, sans craindre de commettre une faute car la majorité des patients était déjà mort. Et puis, il y avait aussi ce côté message à déchiffrer qui m'intéressait. Chaque marque laissée sur un corps signifiait quelque chose qu'il fallait traduire afin de comprendre la mort, afin de saisir le comment pour cerner le pourquoi. C'était plus fascinant que de s'acharner à sauver des vies.

-Tu as certainement raison mais je me suis diriger vers ce métier par peur...


Assurais-je ne voulant en aucun cas laisser trainer une fausse modestie ou que Noah se trompe sur mon compte. J'écoutais avec plus de passion ses propos sur son métier. C'était toujours plus intéressant chez les autres. L'herbe est plus verte ailleurs. Je marquai une légère surprise devant ses explications sur le chocolat. Intéressant... Je pensais que le chocolat convenait à tous les fruits ....

- Alors...Le chocolat noir conviendrait mieux avec un désert aux agrumes ?

Demandais-je toujours avide de se genre d'information. Je ne fait pas beaucoup de pâtisserie car j'en mange rarement et que je préfère cuisiner le salé mais j'aime bien manger. Alors j'ai rapidement appris à bien cuisiner pour éviter de trop me ruiner en restaurant. J'apprécie particulièrement m'essayer aux mélanges des saveurs. Je trouve que la cuisine est un bon moyen de se vider l'esprit et de se changer les idées.

J'aimais beaucoup ce chef boulanger-pâtissier mais la discussion prenait une tournure qui ne me plaisait guère. Rapidement, le prénom et le nom firent remonter des souvenirs. Bien sûr que je j'en souvenait parfaitement de ce cas, ce fut mon premier dossier que j'ai pris en charge seul... Fraichement arrivé, j'avais la volonté de bien faire et d’accomplir de grande chose. J'étais fière d'avoir réussit et d'avoir enfin finit mes études. Comme tout nouveau, je voulais exécuter mon boulot avec rigueur et perfection. Alors l'autopsie de Thomas Yvanox fut réalisée avec minutie, avec toute l’inquiétude de ne rien oublier. C'est certainement grâce à ce professionnalisme du nouveau que j'ai découvert que malgré sa leucémie avancée, sa mort avait été causé par un autre facteur. Il était certain que la leucémie l'aurait tué mais pas si tôt et il y aurait eu moyen de lui laisser quelques temps... Enfin je n'étais pas docteur et je ne le suis toujours pas.

J'allais remettre mon rapport parfaitement bien rédigé avec tout les détails et mes soupçons quand un médecin rentra dans mon bureau pour justement me demander se dossier. J'étais à deux doigts de lui dire le fond de ma pensée à pénétrer sans frapper dans le bureau des autres quand il me coupa pour s'excuser mais qu'il était le médecin en charge de ce patient et qu'il voulait  voir mon rapport car il soupçonnait une des infirmière d'avoir fait une mauvaise manipulation. En effet, il y a dû avoir une mauvaise manipulation et moi comme le premier des idiots et je lui tendis le dossier pour qu'il puisse le lire. Devant mon expression de surprise, il le déchira, détruisant tous ce que j'avais écrit. Je deviens rapidement rouge de colère mais là encore pas le temps d'acclamer quoi que se soit qu'il m'attrapa par mon nœud de papillon...J'aime les hommes alors dans d'autre circonstance ce genre de situation ne m'aurait en aucun cas déranger mais voir sa tête de poisson écrasé, oui il ressemble à un poisson écrasé, si proche de mon visage me glaça jusqu'au sang. Ses mots restent encore imprimés dans ma mémoire.

Comme si c'était hier.

"Jeune homme, si vous voulez garder votre travail où tout simplement pouvoir continuer à exercer comme médecin légiste, je vous conseille pour votre bien de réécrire votre rapport...Ce jeune homme est mort d'une leucémie. La vie est dure d'emporter de si jeune personne."

Je me souviens de lui avoir demandé s'il était entrain de me menacer. Jamais je n'aurais cru ça possible, par dans le domaine de la médecine.

"Prenez le comme vous le voulez..Vous êtes un très bon médecin légiste parait-il. Il serait dommage que notre ville perde un si bon élément si rapidement."

il me tapota la joue comme si j'étais un gamin, ce qui eu pour effet de m’énerver  davantage mais j'avais plus l'age de m'emporter si facilement. Cependant, dès qu'il eut quitter mon bureau, j'allais droit dans celui de mon supérieur pour lui raconter. Je tombais sur le cul quand il s'en trouva désolé :  c'était comme ça, on ne pouvait rien y faire. Ce médecin avait le bras longs, il connaissait du monde et il maintenait à flot l’hôpital. Parfois il décidait que certain patient n'était pas rentable pour l'établissement alors il les aidait à mourir plus vite pour accueillir des patients plus rentable sans perdre la réputation de pouvoir accueillir tout le monde. Cette annonce me rendit malade pendant plusieurs jours. J'ai même chercher à travailler dans un autre endroit mais il était claire qu'il avait la capacité de prévenir d'autre cabinet de médecine légale pour qu'il ne m'embauche pas. J'étais condamné à suivre ses indications. Sans quoi je ne pouvait plus exercer dans le cadre de la médecine. J'en rage encore...

Je devais donc être prudent. Je fit mine de réfléchir pour ne pas montrer que ce prénom me disait directement quelque chose. J'essuyai mes doigts avec l'aide de la serviette en papier puis je levais la tête vers Noah me demandant qui était Thomas Yvanox  pour lui. Je ne crois pas l'avoir vu, pour voir le corps.

-Thomas Yvanox ...ça me dit effectivement quelque chose ...Mais je ne peux pas parler des détails de mes dossiers...En effet, c'est secret professionnel. Il était...est quelqu'un de proche, je suppose ?
Demandais-je hésitant d'aborder un sujet sensible. Moi-même je n'aime pas parler de ma mère, de ma grand-mère ou de mon frère jumeau ...tout ce qui peut ce rapprocher à ce jour-là...

On s’aventurait sur un chemin dangereux...Je préférais qu'il me parle de ses gâteaux et de son pain que de cet ancien dossier. Mais je suppose que s'il aborde le sujet c'est que cela doit être capital...C'est terrible d'avoir des doutes, de ne pas savoir comment un proche a disparu. Mais pour  moi c'est comme marcher sur des braises au dessus d'un volcan qui peut rentrer en éruption à tout moment. J’ouvris la limonade pour avaler quelques gorgées, espérant qu'il change de sujet. Mais je le connais peu, cependant je l'ai assez cerné pour savoir que s'il a pris son courage à deux mains pour m'en parler, il ne s'arrêtera pas là.
Il semble avoir des soupçons mais je ne pourrais pas l'aider...je l'aime beaucoup mais j'aime trop mon boulot pour une amitié qui n'a même pas débuté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

A contradiction

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 20/03/2017
Age : 25


MessageSujet: Re: Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ? (Almire ♥)   Mer 21 Juin - 20:18

Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ?
Almire ♥


Rien que d'avoir prononcé son nom, des dizaines de souvenirs me submergent. Son sourire, son caractère bien trempé, mais aussi sa douceur qui a su m'apprivoiser tel un homme devant un loup. Je me suis mit à genoux, les paumes ouvertes avec mon coeur en seul lot et ce mec a su me faire voir que la vie peut-être belle à partir d'un rien. S'allonger dans l'herbe pour regarder les nuages, avoir la présence de quelqu'un, s'émoustiller pour un simple baiser et découvrir que l'amour ce n'est pas qu'une question de physique mais réellement une alchimie entre deux personnes. Ah... Mon coeur se serre rien qu'en pensant que ces souvenirs sont toujours aussi vivaces. Je ne sais pas si je serais capable de faire mon deuil un jour. Encore aujourd'hui, je ne peux m'empêcher de passer par le cimetière tous les jours pour lui raconter mon quotidien après une dure journée de labeur, je ne compte plus le nombre de fois ou le gardien m'a gentiment dit que c'était l'heure de fermeture alors que j'étais encore occupé à parler tout seul, mon bouquet de fleur dans les mains.

Reportant mon attention sur mon invité, je tente de ne pas craquer et de le secouer pour qu'il me révèle tout, surtout lorsqu'il me confirme que ça lui dit quelque chose. Mais je ne peux m'empêcher de serrer les poings lorsqu'Almire invoque évidemment le secret professionnel. Sa question me fait ricaner. Quelqu'un de proche ? C'était juste ma raison de vivre. Sans exagérer. Je survis depuis son décès. Et c'est seulement parce que je lui ai fait la promesse de vivre pour nous deux que je ne suis pas au cimetière moi aussi.

• C'était mon compagnon de vie. On a vécu sept ans ensemble. Je suppose qu'on vivrait encore ensemble actuellement si le sort en avait décidé autrement. C'est moi qui l'ai accompagné jusqu'à la fin. Il est décédé dans mes bras.

Le bruit de cette fichue machine résonne encore dans ma tête. Le souvenir de mon partenaire de vie qui vide ses tripes qui se confond en excuse en m'en foutant partout sur le tee-shirt. Le souvenir de son souffle qui peine à se réguler, de la sueur qui trempait ses vêtements, du dernier bon qu'on a prit ensemble parce qu'il était incapable de tenir sur ses jambes et cette main toute froide posée sur mon visage ainsi que ce sourire douloureux qui m'annonçait que l'heure était venue. Rien que d'y penser, ça me donne envie de rentrer et de refaire mes bêtises...

• J'aurais pu y croire que c'est sa leucémie qui l'a tué. Je savais qu'il était près du stade final. Mais je sais pertinemment qu'il y avait encore de l'espoir, on avait mit au point un nouveau traitement qui portait ses fruits. Certes, Thomas ne jouait pas des claquettes, mais on savait au moins rentrer à la maison sans devoir revenir deux heures après. Ses parents se sont totalement détournés de lui en apprenant sa maladie. Soit disant que ça ferait moins mal s'ils se détachaient. J'ai tout vécu avec lui, pas que je mérite une médaille ou quoi que ce soit. C'était mon choix. Il était mon choix et le meilleur que j'ai pu faire dans ma vie. Mais nous sommes tombés dans une injustice. Thomas est décédé brutalement deux jours après avoir été admis à l’hôpital alors que ce n'était censé être que des tests pour voir si ses globules blancs n'avaient pas trop baissés suite à sa chimiothérapie. Je ne suis pas médecin. Mais je suis loin d'être un idiot. Je n'ai pas eu le temps de faire quoi que ce soit à sa mort qu'on m'a injecté un calmant soit disant que je refusais de lâcher son corps inanimé. Je ne me souviens de rien si ce n'est que mes parents sont venus me rechercher et que j'étais encore dans le gaz.

Je suis en train de lui raconter toute ma vie, mais j'ai l'impression que si je ne mets pas toutes mes cartes sur la table, je n'arriverais pas à obtenir ce que je veux. Non, je ne me sers pas d'Almire, mais s'il peut m'aider à soulager ce poids qui me pèse depuis un an sur les épaules, je lui en serais reconnaissant.

• Je sais que tu es tenu par le secret professionnel. Je ne sais même pas si on peut considérer que nous sommes amis. Tu n'es en aucun cas obligé de répondre à ma requête, ton boulot est important et te mêler de ce genre d'affaire, c'est assez dangereux si tu te fais attraper ou autre. Pour moi aussi d'ailleurs... Mais tu vois Almire, le truc, c'est que j'ai plus rien à perdre depuis que je l'ai perdu lui.

Le fait d'annoncer ouvertement que je suis gay ne me gêne en aucun cas, ici, en Amérique c'était chose courante et puis ce type n'avait pas l'air d'être quelqu'un qui juge.

• Tu serais d'accord d'en parler ou tu préfères qu'on en reste là et qu'on change de sujet ? Je ne vais pas te faire une scène ou t'interdire de venir ici sous prétexte que tu veuilles garder ton boulot.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 21/05/2017


MessageSujet: Re: Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ? (Almire ♥)   Jeu 22 Juin - 14:46

Pourquoi lui a t-il fallut aborder ce sujet-là ? Il n'était pas difficile de rester dans des conversations anodines sans grandes importances...C'était leur charme, je les appréciais. Oh, comme je regrette de lui avoir dit mon travail...Voilà, que je sens que je perds mes moyens. Ce n'est pas pour rien que je préfère travailler avec les morts et que je laisse les autres s'occuper des familles. Ma punition au boulot, c'est de me charger des dossiers du genre violence conjugale ou les violes pour lesquelles nous devons faire affaires directement avec des victimes, bien vivantes.

Que dire ? Quoi faire ? J'ai l'impression d'être un poisson rouge, ouvrant et fermant la bouche. J'ai oublié que j'avais de quoi manger devant moi. D'ailleurs j'ai plus très faim. Il avait du courage de me sortir ça vie sans bride...Moi je ne pourrais pas ...Tous défile dans ma tête. Mon soutien, ce que je comprends, ce que j'ai vécu...L'image de mon père inquiet se penchant sur moi à mon réveille sur mon lit d'hôpital. Je ne sais pas ce que c'est d'attendre, ma famille le sait...Un mois à attendre ne sachant pas si je vais me réveiller pour final apprendre que je suis un miraculé. Un putain de miraculé...

ça coince au niveau de ma gorge, je veux déglutir mais j'ai du mal.
Pourquoi il me raconte ça ! Je ne veux pas rentrer dans son intimité ! Je ne veux pas être témoin de sa tristesse !
Une autre image me vient : le faible sourire de mon père embarrassé, ne sachant pas comment m'annoncer ça, Je constate ses cernes, de nature il en avait beaucoup, il est médecin, mais là, elles lui prenaient tout le visage comme si elles essayaient de le dévorer. Il n'y arrive pas...

C'est drôle comme vos souvenirs agrippent à vous au moment ou vous vous y attendez le moins. Il me parle de son grand amour, je pense à mon père. Peut-être parce que lui aussi à perdu le sien, mais lui il ne s'y attendait pas. Une leucémie..Il y a le temps de s'y préparer. Quoi que je ne sais pas si on peut se préparer à ce genre de chose et je ne veux pas le savoir.

qu'est ce que je peux lui dire ? qu'est ce que je dois dire ?

ça passe plus, mais je continue de manger car je n'aime pas gâcher  la nourriture et ça me fait gagner du temps. je suis bien silencieux mais ça travail au fond de moi. Je l'écoute même si j'aurais aimé qu'il n'en parle pas mais un an c'est proche. Il doit en avoir besoin, je sais qu'il en a besoin, j'en ai eu besoin. Il a choisis la mauvaise personne pour en parler..le pauvre...Je comprend sa colère, sa tristesse, je le comprend parfaitement mais je ne sais pas quoi lui dire. Enfin si, il y a tellement de chose que je pourrais lui dire mais se serait franchir une étape dont je ne suis pas prêt de franchir. Avec mon psy oui, mais pas avec quelqu'un d'autre.  

- Je suis désolé ...

Non mais si c'est pour dire ça, tu peux te taire mon gars ! J'aurais pu trouver mieux mais c'était les seuls mots qui voulaient bien sortir de ma bouche. J'avais envie que l'heure avance pour que je puisse me défiler, donner l'excuse que je devais retourner au boulot. Mais j'étais encore en pause et malgré cette effroyable situation je n'avais pas envie de gâcher ses 4 mois et des poussières de bonne entente.  

-Si tu veux en parler...Je te prête mes oreilles, si tu veux pleurer je te donne un mouchoir même si tu dois pas être de ce genre là ...Le seul conseil que je puisse te donner c'est de trouver un avocat avec assez de couille pour prendre un dossier qui semble au premier abord impossible.  

Fait un petit effort, un tout petit, il s'est ouvert à toi tu pourrais lui donner un truc en échange pour qu'il comprenne que tu n'es pas contre l'aider car sa situation est affreuse et tu le comprends mais que tu ne peux pas... Je ne peux pas l'aider, impossible de prendre le risque de perdre mon travail.

-Si t'as rien à perdre...moi, mon métier c'est en grande partie tous ce que j'ai avec ma famille. Je peux pas me permettre de le perdre...Je pourrais plus exercer si je me fait prendre..et j'y ai mis beaucoup trop...c'est ce qui m'a sauvé...Je ne pense pas que tu puisses comprendre..Je sais pas...A ta place je chercherais à faire pareille ..Je suis désolé...Je t'apprécie beaucoup mais je peux rien faire pour t'aider.

Je suis pas certain que se soit très claire..J'ai moi même l'impression d'être embrouillé. Je me raclais la gorge pour me reprendre. cette affaire me touche mais je ne peux pas me laisser désarçonner. Je ne craquerais pas, même si c'est difficile, même si j'aimerais voir ce connard de médecin derrière les barreau mais il est puissant et moi je suis perdu sans mon travail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

A contradiction

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 20/03/2017
Age : 25


MessageSujet: Re: Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ? (Almire ♥)   Sam 24 Juin - 0:36

Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ?
Almire ♥


"Je suis désolé.". Ses trois mots avaient suffit pour je comprenne ce qu'il voulait dire par là. J'ai presque envie de me traiter d'idiot et de le noyer dans sa limonade tout ça pour garder son putain de boulot. Mais rapidement, je me calme. Je me souviens de ce que m'a appris la psy. Inspirer, expirer. Et c'est ce que je fais jusqu'à sentir le point de pression entre mes omoplates diminué. Me levant doucement, je le débarrasse avant de faire la vaisselle et d'attraper le balais pour donner un dernier coup sur le sol afin qu'il soit propre. Je ne peux empêcher un long soupire de passer mes lèvres.

• Je n'ai pas besoin d'un psy ou d'un menteur pour me défendre. Je veux juste savoir ce qu'il se cache derrière cette histoire. Mais, je comprends ta position Almire. Je ne t'en veux pas.

Et c'est la vérité. Ma colère est tombé aussi vite qu'elle est venue. Ce n'est pas parce que moi je suis dans la merde que je dois y foutre tout le monde. J'aurais pu exploser, tout bazarder par terre en le traitant d'égoïste, mais à penser comme ça c'est plutôt moi l'égoïste. A nouveau, je reprends une bonne inspiration avant de reprendre la conversation comme si de rien n'était. Oublions ce qu'il vient de se passer, renfermons les souvenirs douloureux et effaçons ce faux pas. Allez Noah... Tu peux le faire. Je reprends mon air habituel, un léger sourire sur les lèvres changeant parfois pour laisser mon air impassible revenir s'ancrer sur mon visage. Et puis, je repense à sa question avant ce sujet fragile, mes yeux s'illuminent et je me plonge à fond dans cette conversation qui parle de ma passion.

• En fait, pas forcément les agrumes. Si tu fais un gâteau au chocolat noir, ça se marie très bien avec certain fruits rouges. Comme de la framboise ou des cerises, la myrtille est excellente aussi. On doit vraiment faire attention aux saveurs que ça peut donner. Un simple cake à la pomme peut devenir le meilleur gâteau qu'on ai goûté juste parce qu'on y a ajouté un ingrédient surprise comme un peu de noix de coco. Par contre, ce qui est très rageant c'est quand tu as préparé un beau glaçage pour ton gâteau et qu'il fait des bulles juste au moment où tu l'étales. Je t'assures, tu as juste envie de déclarer la guerre à ta pâtisserie ! Mais c'est un métier très enrichissant, on en apprend tous les jours. Comme la pâtisserie salée, la première fois que j'ai essayé, c'était pas bon du tout. Heureusement, j'ai un estomac solide. Mais j'aime expérimenter des nouvelles choses, donc si jamais tu as envie que je fasses quelque chose de nouveau, je suis pour.

Me perdre dans mes mots, dans ma passion, dans ce que j'aime, c'est la perfection. Je crois qu'inconsciemment, mon estomac m'a souvent tiré des mauvais pas. De la bonne ou mauvaise manière. Alors je laisse mon instinct parler et d'un mouvement de tête, je l'invite à venir avec moi derrière dans les cuisines.

• Regarde, c'est ici que tout se passe. La cuisson est très importante. On ne peut pas mettre un gâteau qui a cramé en vente et pourtant quand la croûte est légèrement brûlée, ça intensifie le goût.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 21/05/2017


MessageSujet: Re: Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ? (Almire ♥)   Sam 24 Juin - 14:19

Je le vois, je le sens... Il est déçus. Il aurait aimé que j'emploie d'autres mots, que je dise autre chose. Mais je ne peux pas. Mon seul conseil, il ne l'a pas accepté. Dans d'autre circonstance je me serais amusé de sa remarque sur les avocats. Je le regardais s’affairer. Il essayais certainement de trouver un échappatoire de penser à autre chose sans vouloir me traiter d’égoïste, de monstre de ne pas vouloir l'aider. Je trouve qu'il s'en sort bien. J'en suis même impressionné. Au même stade que lui j’aurais déjà sauté sur l'autre pour le menacer.
Il prend un point de plus dans mon estime.

Il a trouvé un autre sujet de conversation en répondant à ma question sur le chocolat et les agrumes. Je ne peux m'empêcher de sourire, il est grand de taille mais aussi de passion. Je me rend compte que j'aime l'entendre parler de son métier. C'est intéressant et agréable. C'est sûr que de mon côté je me vois mal faire la même chose avec le mien..."alors quand tu plantes le scalpel à cette endroit il faut forcer un peu mais ensuite ça s'ouvre tout seul et alors là c'est magique...Et en mesure la taille de l'impacte de la balle et en sachant son calibre on peut avoir la distance du tire..et sinon si tu attaques quelqu'un avec un couteau de cette manière là, tu sais que tu vas laisser moins de sang..." ouai non ...ça le fait moyen comme discussion.  
Je l'écoutais avec curiosité et intérêt, après tout une de mes activités favorite quand j'ai le temps est de cuisiner, alors les histoires de saveurs me captivaient.  
Ce changement de sujet, me faisait aussi du bien, il me soulage, il me souligne que rien n'est perdu que notre relation peut être sauvée. Même si au fond l'aider l'aurait certainement renforcé...mais je ne me sentais pas d'avoir ce genre d'échange avec quelqu'un.

-En tout cas maintenant la pâtisserie salée, c'est une belle réussite. Approuvais-je avec un sourire sincère.

-Quand je cuisine, généralement je le fais au feeling et ce qui me reste dans le frigo ...j'ai rarement le temps de faire des course, je me retrouve souvent avec un frigo pratiquement vide.

C'est en disant ce genre de phrase ou tu te rends compte que ta vie est assez misérable, tu vis tellement pour le boulot que tu n'as même pas le temps de te nourrir convenablement. Pourtant, je fais attention à ce que je mange, en tant que boxeur je suis quelques règles alimentaires afin de maintenir mon poids pour ne pas changer de catégorie. Je ne fais plus de championnat mais sait on jamais...Par exemple, avec ce que j'ai mangé là, ce soir se sera salade ou soupe.

- Quand j'ai le temps j'aime bien m'essayer a de nouvelles choses en cuisine..c'est quelques un de mes potes les cobayes ..ils en sont jamais plein ! Assurais-je avec un sourire en le suivant dans l’arrière sale. En même temps j'en profitais pour regarder l'heure, je ne peux pas m'autoriser à arriver en retard.
Se fut presque un honneur de pouvoir découvrir son atelier. J'observais, j'admirais , je contemplais et j'écoutais ses explications. Je regardais son fours, ça devait être un électrique..Les fours à bois il en existait peu, surtout en Amérique.

-Tu as déjà réalisé du pain dans un four à bois ? Mon grand-père en avait réalisé un pour...enfin, dans le jardin d'une maison qu'on a à la campagne...J'en faisais qu'en j'étais petit..Je trouve que ça donne un goût légèrement différent.

Je n'ai pas osé prononcé le mot "grand-mère". C'est assez déplorable mais je ne voulais pas alors qu'on partage de nouveau un bon moment revenir à une discussion triste ou gênante.

- En tout cas tu as un beau laboratoire. Assurais-je avec un sourire.
Oui, je suis assez fière de mes connaissances alors autant les exploiter et puis je trouve amusant qu'ils appellent cela aussi laboratoire ...Et je ne peux m'empêcher d'ajouter avec mon habituel mauvais humour.
- Le mien, est moins appétissant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

A contradiction

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 20/03/2017
Age : 25


MessageSujet: Re: Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ? (Almire ♥)   Lun 26 Juin - 3:31

Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ?
Almire ♥


A nouveau son compliment sur mes pâtisseries salées me touchent. C'est vrai que j'ai pas mal galéré pour arriver au résultat d'aujourd'hui. Certains aliments n'allaient pas du tout ensemble et je ne compte plus le nombre de soirées passée au-dessus des cuvettes alors que mon estomac refusait de remettre quoi que ce soit. Solide, mais parfois, s'en est presque blasant. L'évocation de son frigo vide me fait hocher la tête d'ailleurs. Combien de fois ça ne m'arrivait pas de me retrouver avec seulement des sauces dans mon frigidaire sans rien pour tremper dedans ? Pire encore, le pain moisit ou les repas qui finissent presque par devenir vivants parce que je les laisse là sans y prêter attention. J'avais le don de me faire tout le temps engueuler par Thomas et je le suis encore par mes parents quand ils viennent me rendre visite. Ce n'est même pas par manque de temps que je ne fais pas les courses... C'est simplement parce que j'ai la flemme et la motivation totalement absente pour me nourrir. Alors les restes de la boutique, c'est pratique.

Quand nous sommes enfin dans les cuisines, je caresse un plan de travail savourant la texture du bois lisse de celui-ci, mes yeux s'attardant un moment sur mon enfourneur en plein dans le chemin, bougeant celui-ci en soupirant, profitant en même temps de pousser mon rouleau de toile à couche à sa place, avant de me diriger vers les fours électriques et mes autres ustensiles.

• Tu vois ici, j'ai d'autres ustensiles aussi pour m'aider quand je suis vraiment en retard comme ma façonneuse à baguette ou ma machine à croissants, mais c'est vraiment en dernier recours, je préfère les faire moi-même. Je trouve qu'on apprend pas à être boulanger si c'est pour dépendre des machines, c'est un métier manuel avant tout, on le fait avec le coeur. Et puis, je dois t'avouer que je suis un véritable bordelique et que l'organisation n'est pas vraiment mon fort.

Lorsqu'il me parle d'un four à bois, j'hausse les épaules en esquissant une petite grimace. J'ai toujours voulu en utiliser un, mais en Amérique, c'est presque introuvable...

• J'ai toujours voulu en essayer, mais j'en ai jamais eu l'occasion. Je pense que je vais essayer de chercher un atelier où on pourrait avoir l'occasion de pratiquer.

Le compliment sur mon "laboratoire" me fait observer les lieux. Passant des plaques de cuissons parfaitement rangées à mes appareils qui nous entoure. Par précaution, je vérifie que tout est éteint avant de regarder également s'il ne manque rien en ingrédients pour commencer ma journée de demain, notant vite fait sur mon téléphone si c'est le cas avant de sourire brièvement.

• Je me sens bien plus chez moi ici quand dans mon propre appartement. En même temps, j'y passe le plus clair de ma vie en faisant des heures supplémentaires même lorsque je ferme la boutique. J'adore venir ici, j'ai l'impression que cette boutique est vivant et que ses murs sont comme des bras protecteurs qui me protègent de tout ce qui pourrait m'arriver. Au début que j'avais ouvert ma boulangerie, je dormais ici à même le sol, je refusais de la quitter avant que ma mère vienne me tirer les oreilles pour que je prenne une meilleure hygiène de vie. Ça reste le meilleur endroit du monde à mes yeux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 21/05/2017


MessageSujet: Re: Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ? (Almire ♥)   Lun 26 Juin - 19:46

J'observais les lieux,j'en profitais rare serait les occasions de pouvoir voir un laboratoire de ce genre. Je regardais avec une certaine fascination non feinte ce qu'il me montrait. J'étais admiratif devant tant d'outils, mais c'est vrai que rien ne vaux l'huile de coude et ses propres mains pour un travail bien fait. J'émis un léger sourire à l'évocation de son problème d'organisation. Moi c'était plutôt le contraire, j'aimais suivre étape par étable mon planning et ne pas dévier. J'aimais quand tout était bien classé même si mon bureau pouvait rapidement se transformer en champ de bataille. Même s'il était très tard j'aimais ranger pour retrouver le lendemain un bureau clean. Pourtant, j’appréciais pas spécialement le nettoyage.

A sa phrase sur le four, j'hésite, je me questionne. Je ne suis pas certain que se soit idéal. Peut-être, faut il mieux qu'on laisse cette échange tel quel sans que je cherche à m'immiscer un peu plus. Je ne fais que l'écouter en faisant mine de regarder autours de moi comme si j'étais dans un musée. Puis son monologue me renvois mon image, celui que j'étais juste après l'accident. Celui qui ne vivait que par son sport afin de tous oublier puis ensuite le jeune homme qui n'avançait que par ses études et son boulot. Notre vie, n'est pas comparable pourtant nos sentiments le sont. Nous nous ressemblons pas pourtant je me sens proche de lui. Drôle de sensation à la fois désagréable car il vous renvoie vos propre craintes mais aussi apaisante car vous n'êtes pas seul à ressentir cela. Alors pour la peine, j'ose à faire un pas. Un bien timide, mais c'est un pas en avant.

-C'est normal...tu as crée quelque chose de merveilleux, tu ne peux que vouloir y rester surtout si cela te fait penser à autre chose et que cela occupe tes journées pour te faire avancer...J'ai aussi connu ça, cela permet de vider notre esprit un instant et on en redemande car on ne veux pas repenser aux personnes qu'on a perdu.

Je m'ouvre un peu puis j'hésite une nouvelle fois pour reprendre

-Pour le four...Celui de ma famille fonctionne toujours, ma sœur ainée le fait fonctionner de temps à autre, si tu veux je pourrais demander à mon père pour que tu puisses profiter à tes prochaines vacances pour y aller et ainsi essayer le four autant que tu veux.

Proposais- je avec plaisir comme si cela pouvait excusez mon absence d'aide. Je l'aime bien alors je peux bien essayer de l'aider autrement et puis nous avons un lien avec sa passion. Même si je n'y connais pratiquement rien, par le biais de ma grand mère, ma famille a toujours eu une affection particulière pour le bon pain et la bonne pâtisserie. Ma seconde sœur  est même devenue critique culinaire pour un magasine pour femme dont je ne connais pas le nom. Je sortis une nouvelle fois mon téléphone, je regardais de nouveau l'heure mais en plus j'allais dans mes contactes

-Si tu veux...on peut échanger nos numéros comme ça tu peux me tenir au courant si tu veux pour le fours et je te tiens au courant pour le souvenir du Japon ...Enfin, si cela te vas...Je ne t'oblige pas mais je pense que ça peut être sympa.

C'était un peu étrange de faire comme si rien ne c'était passé. Comme si on continuait nos discussions sans qu'on se souvienne de notre échange tragique. Mais cela me paraissait bien, cela me semblait naturel car il était clair que je ne pourrais pas couper les ponts avec lui. J'avais un petit espoirs, mais en même temps j'avais peur qu'il accepte. Si on commençait une amitié elle serait certainement plus brûlante, plus dangereuse que celle déjà établie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

A contradiction

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 20/03/2017
Age : 25


MessageSujet: Re: Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ? (Almire ♥)   Sam 8 Juil - 17:27

Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ?
Almire ♥


Il a raison. J'ai vraiment créé quelque chose de merveilleux. C'est réellement un exutoire. Chacune des briques posées à fait de cet endroit quelque chose de magique. Je ne peux pas dire que je ne pense pas aux personnes perdues. Enfin... Cette boulangerie à la base, c'était Thomas et moi qui devions l'ouvrir. Lui était censé faire la caisse et et s'occuper du pain, tandis que j'étais censé m'occuper des comptes à la fin de la journée et des pâtisseries. Il a toujours su lire entre les lignes. Moi et ma façon particulière de m'intégrer parmi les gens. Mon aversion pour la race humaine, c'est grâce à ce petit bout de mec que j'ai su me sociabiliser un minimum. Un soupire franchit mes lèvres tandis que du bout des doigts, je retrace l'angle droit d'une armoire avant que je ne relève enfin la tête pour écouter ce que me dit Almire.

Mes yeux brillent lorsque je l'entend mentionner le four chez sa sœur aînée, il est sacrément chanceux. Déjà d'avoir une soeur et en plus qu'elle possède un outil si exceptionnel. Je crois que j'aurais aimé avoir une grande soeur ou un grand frère, moi aussi. J'aurais peut-être été différent et moins perdu dans le monde. Lorsque je le vois regarder son téléphone, j'hésite un moment à lui demander s'il est pressé ou s'il s'ennuie en ma présence, mais je me ravise bien vite quand mon client régulier tente à nouveau de faire un pas en avant pour récupérer l'ambiance tendue qui planait précédemment. Alors à mon tour, je fouille dans ma poche arrière à la recherche de mon téléphone ou plein de gadgets pendouillent comme un ourson imitation bonbon ou encore des petits gâteaux en plastiques. D'un geste du pouce, je le déverrouille pour aller dans mes propres contacts et fouiller à la recherche de mon numéro. Oui, je suis incapable de retenir mon fichu numéro de téléphone alors que je peux te résoudre un problème de mathématique en deux minutes. Enfin, je le trouve et lui montre.

• Tiens, c'est mon numéro. Je serais ravi qu'on puisse garder contact non pas en tant que client, mais en tant qu'amis. Je suis certain qu'on a un nombre de choses à partager ensemble, ne serait-ce que la passion pour la France, le pain et tout ce qui concerne la pâtisserie. Si l'envie t'en dis, je t'apprendrais plein de choses.

J'attends patiemment qu'il intègre mon numéro dans son cellulaire avant d'enregistrer le sien pour ensuite ranger mon téléphone. Je n'ai pas envie de lui tenir rigueur pour ce qui vient de se passer, pour son aide qu'il me refuse, pour la situation dans laquelle il me laisse. Si moi, je n'ai plus rien à perdre depuis que Thomas à rendu son dernier souffle entre mes bras. Si j'ai bien compris, lui, a encore tout à perdre avec son métier. Si j'aime mon métier qui m'aide à tenir, ce n'est pas ce qui me retiendrais de faire les pires choses possibles pour pouvoir coincer les enfoirés qui m'ont arrachés mon compagnon.

• Je ne veux pas te mettre dehors. Loin de là, mais je vais quand même procéder à la fermeture de toute la boutique, histoire qu'aucun autre clients ne tente de forcer la porte malgré la pancarte qui indique que c'est fermé. Eux, tant que la porte est ouverte, ils se croient tout permis.

Je ne peux empêcher un bâillement de m'échapper, tandis que j'étire mes bras pour détendre les muscles un peu endoloris. Les quatre heures du matin se font ressentir, mais je sais que je serais incapable de dormir après tout ce qui vient de se passer ici. Je n'ai pas vraiment envie de laisser partir Almire alors que je sais qu'il détient une clé importante pour faire avancer cette histoire qui traîne depuis un an. Mais, je n'ai aucun moyen de pression pour le faire céder, alors je n'aurais pas d'autre choix que de la laisser aller quand même.

• J'espère qu'on se reverra bientôt. Tu es toujours le bienvenu dans ma boutique Almire.

Qu'il le sache, c'est important. La relation n'est pas brisée. Loin de là...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 21/05/2017


MessageSujet: Re: Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ? (Almire ♥)   Dim 9 Juil - 1:34

J'étais assez impressionné devant tant de bibelots, comment il faisait pour ne pas en perdre ou ne pas s'accrocher partout avec ? Le mien est sobre et cela me convient mais voir autant de gadget réunit était...fascinant ..j'en oubliais presque de regarder et prendre note son numéro.

- Et le Japon...oui je suis sur qu'on peut avoir plein de discutions..Déjà je te soulais bien avant avec mes discutions sur tout et n'importe quoi..mais rassure toi j'harcèle rarement au téléphone.

Disais-je avec amusement en finissant de noter son numéro et de ranger mon téléphone dans ma poche. J'étais content que cela finisse comme ça, dans une bonne entente mutuelle. C'était rassurant, j'allais pouvoir reprendre mon travail sereinement. D'ailleurs...Il ajouta qu'il allait fermer, tient, moi aussi ....Il faut que je file à mon bureau ! J'ai presque faillit oublier que j'avais des responsabilités. Je rigolais un peu à sa remarque sur les clients sans gênes.

- Pour avoir ton pain..je crois que je défoncerais la porte. Je vais te laisser fermer..de toute façon si je reste plus longtemps mon patron va criser avec tout ce qu'on a affaire ...

Je me retins de justesse de lâcher une blague débile, de l'humour noire de mauvais goût qui peut passer avec les collègues mais rarement avec les gens peu habitués.

-J'espère bien...sinon comment ferais-je pour satisfaire mon estomac de français ? Je reviendrais ...Certainement ...Demain quand j'aurais plus de pain !

Cette note finale, me paraissait appropriée. Elle était amusante enfin j’espérais, donnant un ton amical à cette rencontre. On ne se tenait pas rigueur pour cette aparté des plus angoissante et peu agréable. Le mal être avait disparut, c'était l'essentiel. Je le quittais avec une certaine bonne humeur, même si sa demande avait un peu entaché ma joie à venir lui parler. J'allais le ressasser, me demandant si j'avais fait le bon choix. Comme à l'époque, je me poserais des questions.

Je le saluais avant de quitter la boutique et de reprendre mon vélo sans oublier la baguette de pain. Ce fut une bonne pause malgré tout !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ? (Almire ♥)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Et si tu voyais plus loin que le bout de ton nez ? (Almire ♥)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [#9] Voir plus loin que le bout de son nez.[Terminé]
» OH CONS SEYE ELEC TORO ! VOTRE 12 JANVIER N'EST PAS LOIN !
» " Ne voyais-tu pas, dans mes emportements ... " {Gabriel ° Milena}
» Loin des rires... [PV Kilip Jino]
» Plus loin que dans mes Rêves [PV Nuage d'Or]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
City of Vices :: | Boulangerie - Pâtisserie |-
Sauter vers: